Terminologie

Désignations les plus courantes

Il n’y a pas de terminologie scientifique pour établir des distinctions claires entre les différents groupes qui forment la communauté Rom.

Terme officiel :

Le terme Rom, a été adopté par l’Union Romani International en 1974 afin d’éviter les désignations à connotations racistes. Le mot Tsigane, par exemple est chargé d’un sens péjoratif dans les pays de l’Est.
Certains groupes cependant ne se reconnaissent pas dans le terme Rom. C’est le cas des Gitans et des Manouches en ce qui concerne les communautés françaises.


Des noms génériques :

Comme Roms, Tsiganes est un terme générique, mais c’est un terme exonyme, donné par des gens extérieurs à la communauté. Neutre en France, il rappelle de très douloureux souvenirs dans certains pays : durant la seconde guerre mondiale, les nazis tatouaient un « Z » sur le bras des prisonniers tsiganes des camps de concentration. C’est aussi pour cette raison qu’il vaut mieux parler de terrain d’accueil ou de place de stationnement plutôt que de camps.

« Tsigane » vient d’un amalgame entre ces nouvelles populations arrivées en Europe et les membres d’une secte venus d’Asie mineure au XIIe siècle : les Atsinganos. Les dérivés donnent également Zigeuner en allemand ou Zingari en italien.


Des noms spécifiques :

Gitans, Gypsies, Gitanos, Manouches, Sintés, Kalés, Roms . Ils désignent des sous groupes du peuple « Rom » et correspondent à des époques et des lieux différents. Les Gitans dans le Sud de la France où ils sont surtout sédentaires, les Gitanos en Espagne et les Gypsies dans les îles britanniques. Manouches désignent un groupe qui vit plutôt dans le Nord de la France et en Allemagne, Sintés en Allemagne et dans le Nord de l’Italie, Kalés en Espagne et Roms en Europe de l’Est.

Tout comme « Tsiganes », le mot « Gitans » est issu d’une interprétation erronée de l’histoire. Il provient d’une croyance du XVe siècle selon laquelle les Roms étaient originaires de la « petite Égypte », région qui correspond aujourd’hui à l’Épire (Grèce).


Des termes surannés :

Bohémiens voulait dire : ceux qui arrivent du royaume de Bohème. Au fil du temps, ce mot est devenu péjoratif ou désuet et certains groupes ont demandé à ce qu’on ne l’emploie plus.
Romanichels : c’est aussi un terme que l’on n'utilise presque plus. Il signifie « homme de notre race » dans la langue de ce peuple, le Romani : Romani = homme, tchel = peuple ; Romani Tchel = homme de notre peuple.

Des termes administratifs :

Nomades est apparu en France en 1912 (Loi du 16 juillet 1912) pour instaurer une politique de surveillance généralisée des nomades.

Gens du voyage est venu se substituer en France aux termes de Nomades ou de Tsiganes. Son apparition date d’une circulaire du ministère de l'Intérieur de 1978. Il réfère aux personnes dont l'habitat traditionnel est constitué de résidences mobiles. Il concerne donc aussi des groupes qui ont adopté un mode de vie itinérant : les forains qui ne sont pas tous Roms, les Yeniches, voyageurs d'origine germanique…

Les Roms migrants en France ne sont pas intégrés sous cette dénomination.

Des termes corporatifs :


Un chaudronnier de la communauté Kalderash

En Roumanie, les Roms se désignent également par leur corporation :
Kalderash et Calderari pour les forgerons, Caramidari pour les fabricants de briques, Lingurara pour ceux qui travaillent le bois, Ursitari pour les montreurs d’Ours, Lautari pour les musiciens, Tchoura pour les rétameurs, Florari pour les vendeurs de fleurs…

En fonction de l’interlocuteur auquel ils s’adressent, les intéressés eux-mêmes utiliseront l’un ou l’autre terme, pour éviter de déplaire, de s’enfermer dans une dénomination qui, pour leur interlocuteur est péjorative. Ainsi, ils choisiront d’utiliser le plus souvent le terme le plus approprié à la relation qu’ils souhaitent créer avec leur interlocuteur.

Ce qu’ils ne sont pas :

En Roumanie, la fin de certains métiers, l’assimilation dans la société majoritaire et les mariages mixtes ont donné lieu à un nouveau groupe : les Cashtali autrement dit les Roms qui ont perdu leurs traditions
Gadjé : Appellation donnée par les Roms aux non-Roms